Découverte d’Ispahan

Découverte d’Ispahan

3 mai 2018 0 Par Guillaume

27/04/2018

Le bus entre Khoor et Ispahan est long. Ce n’est pas seulement 6 heures de route. C’est une route étroite et mauvaise avec de nombreux camions dans un bus un peu vieux. A partir de Na-in, c’est mieux mais nous devons récupérer des passagers d’un autre bus en panne. Par contre, les paysages sont étonnants entre montagnes colorées, dunes et horizon infini.

Le bus quitte Khoor à 14h. Nous arrivons à notre guesthouse d’Ispahan vers 21h30. Nous passons du silence du désert au vacarme de la ville.

Ispahan est une ville très touristique. Les logements partent vite. Le paiement est en euro. Il est possible de payer en rial mais avec le taux officieux (1 euro = 65 000 rial, avril 2018).

Nuit salvatrice

C’est vendredi, le dimanche d’Iran. Les gens ne travaillent pas. Les rues sont vides. Nous attendons le bus qui doit nous emmener à la très fameuse place de l’Imam Naqsh-e Jahan.

Cette immense place de 500 mètres de long et 180 mètres de large est entourée de commerces et de 3 monuments :

  • Palais Ali Qapu
  • Mosquée du Shah
  • Mosquée de Cheikh Lotfollah

Sur la place, les étrangers sont très sollicités :

  • Rabatteurs vers les boutiques et les restaurants
  • Échange d’argent à taux officieux
  • Selfies
  • Taxi clando pour visiter l’Iran

Nous y avons fait aussi de très très belles rencontres qui marqueront notre voyage.

Ce vendredi, après avoir contemplé la place sous le soleil, nous sommes partis vers la mosquée Jameh en traversant le bazar vide.

La mosquée Jameh où mosquée du vendredi nous a beaucoup plus et nous reviendrons la voir avec une lumière différente à la fin de notre séjour à Ispahan.

Lors de notre passage ce vendredi, l’accès est libre. Les iraniens pratiquants y priaient. Les autres étaient certainement à un pique-nique en famille ou entre amis en dehors de la ville 🙂

De retour vers la place de l’Imam, le palais Chehel Sotun et son jardin nous ont bien plus.

A faire le matin pour avoir la bonne lumière.

En sortant, une exhibition occupe une large partie de la place de l’Imam. Sport traditionnel iranien, danses, sport de combats accompagné de musique traditionnelle sont présentés par des groupes d’enfants. Une iranienne nous interpelle et nous explique ce que nous voyons 🙂

Le soleil se couche et les dômes des 2 mosquées changent de couleurs. L’événement est retransmis sur 2 écrans et 1 drone assure les images vue de haut en direct !

Maziar est un jeune iranien. Il passe ce vendredi à Ispahan dans sa famille et repars en bus dans quelques heures pour le Sud Ouest de l’Iran. Il nous raconte de nombreuses histoires sur l’Iran. Il faisait parti des manifestants réprimés à balles réelles par l’armée en janvier. Il nous parle de ses projets, apprendre plusieurs langues et faire le tour du monde à pied. Il est brillant.

En Iran, sur la place de l’Imam, en avril, il fait bon. Lorsque nous retrouvons Ali, rencontré à Shiraz, et qu’il nous propose d’aller boire un verre, nous pensons à une pinte de bière blonde légère désaltérante. Ce n’est pas possible dans une république islamique. Les bars n’existent pas. On peut trouver des sodas, du thé, des glaces et des smoothies. C’est triste. Officieusement, les gens consomment de l’alcool en provenance des pays voisins ou en produisent.

Nous rentrons en snapp, Uber iranien après cette belle journée.