A la recherche des flamands rose

A la recherche des flamands rose

28 avril 2018 0 Par Guillaume

23/04/2018

La pluie tombe sur la verrière du puit de lumière de la guesthouse de Medhi. Nous n’avons pas vraiment de plan pour ce jour. Nous aurions pu prendre le bus de nuit pour Yazd mais la meteo était mauvaise même dans le désert.

Las du bazar, nous profitons d’une éclaircie pour résoudre une énigme du lac salé rose : est ce qu’il y a des flamands roses ?

2 jours auparavant, en longeant le lac avec Ali et Sylvia en voiture, il nous avait semblé apercevoir un groupe de gros oiseaux blancs. Depuis la route, on ne distinguait que des points blancs au milieu du lac. Aucun des Shirazis rencontrés ne connaissait l’existence d’une colonie de flamands sur le lac.

Pique-nique en poche, nous sautons dans taxi qui nous emmène au lac Maharloo pour 450 000 ri / 8 euros.

Le temps est horrible avec beaucoup de vent et de pluie, nous nous abritons dans une étable pour manger.

Le ciel se dégage. Nous partons à pied sur le lac salé. Certaines zones sont plus molles que d’autres. Nous longeons des marais salants. Les pedalos sur la surface dure salé du lac nous font imaginer un temps où il y avait de l’eau.

Avec les jumelles, nous distinguons des choses blanches sur le lac. Elles sont très loin. Nous marchons.

Au fur et à mesure que nous nous approchons, nous voyons des choses voler. Nous voyons aussi que le groupe de tache blanche le plus proche est composé de sacs plastique blanc 🙁

Très loin au milieu du lac, nous distinguons des oiseaux roses, blancs et noirs. Ils sont gros. Ce sont bien des flamands.

Il est 17h quand nous essayons de nous approcher. M s’arrête lorsqu’il n’est plus possible de marcher sur le lac. Les oiseaux sont encore loin.

Satisfaction, un guêpier (bee eater) nous attend sur le chemin en direction la route.

Nous devons maintenant rentrer à Shiraz à 30 minutes en stop.

A peine arrivé sur la 4 voies, nous sommes pris par 2 Shirazis dont un pilote de ligne. L’autre rêve de travailler en France dans l’aéronautique. L’occident semble une terre promise sur de nombreux aspects. J’essaie de lui nuancer la situation.

Nous restons avec eux quelques heures à discuter. Une belle rencontre avant de quitter Shiraz pour Yazd par le bus de 00h.