Découverte de Kashan

Découverte de Kashan

5 mai 2018 0 Par Guillaume

30/04/2018

Dernière étape de notre voyage, Kashan se trouve à 2-3 heures au nord d’Ispahan. Sur la route des trajets touristiques, nous nous attendions à une ville comme Shiraz ou Ispahan. La ville nous a semblé plus authentique bien que touristique.

Premier hébergement avec une salle de bain privée, notre chambre à 30 euro à l’hôtel Sayeh Saray est sans doute le meilleur hébergement de notre séjour en Iran. C’est notre dernier jour de voyage, au programme, des achats au bazar, quelques visites dont un jardin.

Le bazar de Kashan nous a fait penser à celui de Kerman. Peu de produits en plastique, des vendeurs de fruits et de légumes et peu de produits pour touristes. Les gens parlent peu anglais. Le bazar est assez long et au milieu se trouve un caravansérail.

Sur les côtés du bazar, on trouve de nombreuses petites cours.

Nous utilisons nos derniers rials en achetant des pistaches persuadés de pouvoir finir la journée en euro. Grosse erreur, il est impossible de payer quoi que ce soit en euro et personne ne veut nous faire de change.

Afin de faire nos visites cet après midi, nous sommes obligés de changer quelques euros à la banque avec un taux désastreux.

Nous avons un peu plus de 1 000 000 rials pour nous occuper.

Le hammam-e Sultan Mir Ahmad situé dans le quartier Alavi nous a bien plu. Il est assez grand et on peut monter sur le toit pour avoir une vue sympa.

Sortis du hammam, il faut choisir entre les maisons traditionnelles ou le fameux jardin Bagh-e Fin. Nous partons pour le jardin pensant échapper aux nombreux touristes présents dans le quartier Alvi.

Notre conducteur de taxi roule dans une voiture plus vieille que moi. Il nous parle en farsi avec un écho. WTF

A notre arrivée au jardin, 2 bus viennent de vider 2 classes de collégienne. Nous sommes pourchassés dans le parc par des adolescentes hysteriques armées de perches à selfie pendant plusieurs minutes. Nous parvenons à nous cacher pour déjeuner. Nous sommes retrouvés rapidement mais négocions une trêve. Plus tard, au bout de 10 selfies, nous commencerons à refuser.

Le parc est très joli. Les fontaines ne sont pas bien nettoyées et comme d’habitude nous regrettons la pauvreté des variétés d’arbres et de plantes. Les 2 pavillons sont mignons. L’un des 2 possèdent de belles fresques.

Nous rentrons à l’hotel, nous avons rendez vous avec Abbas rencontré la veille qui doit nous conduire pour 30 euro a l’aéroport IKA. Il y a 2h30 de route. Nous avions payé 30 euro le conducteur entre IKA et THR moins d’une heure de route dans une épave à notre arrivée en Iran. Soyez vigilants et négociez par défaut.

Le trajet est intéressant avec cet ancien professeur d’anglais qui aide et reçoit les étrangers à Kashan.

A l’aéroport, Ali nous attend. Il repart pour Shiraz rejoindre un nouveau groupe. La saison touristique bat son plein. Nous sommes heureux de le revoir avant de partir. Nous lui souhaitons de venir en France comme il le voudrait.

Dès la montée dans l’avion, tous les voiles tombent et les cheveux des femmes apparaissent à nouveau. L’aéroport d’Istanbul nous remet dans l’occident avec les tenues courtes et moulantes. Les tchadors sont minoritaires. Les gens ne nous posent plus de questions. C’est la fin de ce beau voyage.