Jaipur, Amber, arnaques et oiseaux

Jaipur, Amber, arnaques et oiseaux

24 avril 2019 0 Par Guillaume

J6-J7 : Jaipur

2-3/4/2019

Avec la circulation, je crois que nous avons passé 1h à entrer dans Jaipur. Nous arrivons depuis Bundi. Il fait encore jours quand les tuktuks se jettent sur nous avec des tarifs totalement déments. Nous attaquons la file de tuktuks et finissons par en trouver un, moins ambitieux avec un véhicule électrique !

Jaipur est la capitale du Rajasthan. C’est la ville rose. Les axes dans la vieille ville offre des trottoirs ! Et surtout des murs ocres qui changent de couleurs au cours de la journée. C’est un incontournable d’un voyage au Rajasthan. Elle est notamment fameuse pour le fort d’Amber, les achats et les arnaques.

Le Haveli (Jaipur Haveli) que nous avons pris est dans la vieille ville. Les rues sont étroites et sales. L’hôtel est une merveille, un bel accueil, une chambre propre et agréablement meublée. On nous propose le dîner et d’autres services ! Nous en profitons pour changer du cash et acheter des billets de train.

Ce soir, nous allons à Massala Chowk. Il s’agit d’un food market un peu branché à proximité de l’Albert hall. C’est « propre » et nous sommes les seuls occidentaux 🙂 Nous faisons de belles rencontres et testons 3-4 plats sur une vingtaine de d’enseigne active.

Pour le lendemain, nous souhaitons faire les classiques au nord de Jaipur. Nous avons réservé un tuktuk (650r). Nous souhaitons démarrer tôt pour éviter la foule et la chaleur (38 degré prévu). Bien que je lui ai envoyé les coordonnées GPS, notre conducteur semble s’être trompé d’hôtel et nous démarrons 1h après l’horaire prévu. Il nous a été recommandé à Udaipur et souhaite venir en Europe pour fumer de l’herbe…

Le fort d’Amber est un immense fort de couleur ocre. Il contient le palais du Maharaja. Tout comme à Khumbalgarh, les murailles s’étendent sur les collines aux alentours.

Les ornements sont différents de ceux d’Udaipur et de Bundi.

Voir ces éléphants avec des touristes sur le dos pour monter jusqu’au fort nous fait de la peine. Ces animaux ne sont pas fait pour ça. Les bébés sont enlevés à leurs mères avant de subir un domptage violent. Nous assisterons malgré nous à une scène lamentable plus tard lors de notre voyage dans le parc de Rajaji. Ce sont des animaux sauvages, il ne faut pas monter dessus.

La ville d’Amber mérite le coup d’oeil. Nous apprécions le réservoir et le temple hindou. Pour le dernier, il faut payer pour prendre des photos… pénible.

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons longuement sur les bords du lac du Jal Mahal, le palais sur l’eau. L’occasion de voir des buffles et de nombreux oiseaux.

Notre coup de cœur de la journée est le Royal Gaitor. Nous y sommes seuls et nous pique-niquons entouré d’oiseaux dont king fisher common, parrots, témia vagabonde, crimpson barbet.

La suite est le petit business des locaux pour les touristes (même indiens). On vous propose de vous emmener voir une usine de fabrication de textile pour bénéficier de super tarifs. Notre chauffeur a bien travaillé notre confiance et nous acceptons. Après une démonstration de l’artisanat, s’en suit un baratin bien huilé pour soutirer à fond le touriste. En moyenne, les produits (chemise, pantalon, costume sur mesure, tapis, tissu en vrac…) ne nous plaisent pas mais nous partons avec 2 écharpes pour 1000r (13 euros), initialement 1500. Fatigué, nous évitons le même truc pour les « pierres précieuses ». Notre tuktuk prétexte un achat de bijou pour sa femme afin de ne pas nous ramener à notre hôtel. Il faut savoir que le chauffeur touche une commission en fonction de ce que vous achetez.

En rentrant à pied, nous rencontrons Ali, habitant d’Udaipur au hasard d’une demande d’itinéraire. Nous faisons connaissance. Il nous explique que nous nous sommes fait rouler avec nos écharpes. Elles devraient coûter 150r chacune. Nous passons une heure à discuter avec lui et convenons de le retrouver le lendemain pour rencontrer sa femme (qui lui fait des plats trop gras).

Le soir en dinant à l’hôtel, nous rencontrons un couple chinois. Ils visitent un peu l’Inde mais l’objectif de leur voyage est de ramener des médicaments pour traiter le cancer d’un proche. Les médicaments sont en vente libre en Inde.