L’aventure Adam’s Peak

J9, J10 : 26 et 27 Février 2017

Le bus du gouvernement pris à Hatton, nous jette à Dalhousie. Le trajet nous a rendu malade. Certainement notre pire trajet en bus du séjour. Le conducteur est certainement au fond du ravin avec un autre bus et tous ses passagers. Un pilote de course, myope, sous l’emprise de bétel au volant de sa monoplace rouge à la recherche de la courbe parfaite entre les bus et autres objets se trouvant sur sa trajectoire. Au fond du bus, bien accroché, un groupe de musicien improvisé chantait pour rendre plus lourd le pied de celui à qui nous avons confié notre destin.

L’ascension pour Adam’s Peak démarre à Dalhousie.

Dalhousie ne nous a pas plu. Nous avons été agressé à notre arrivée par les boutiques, la pluie et les odeurs. Dalhousie, c’est un peu le Lourdes des cingalais. Bouddhistes, Hindouistes, Musulmans et Chrétiens y partagent un symbole religieux.

Nous avons été bien accueillis à Mango Tree Holiday Bungalow. Il nous a fallu un peu de temps avant de pouvoir avaler quelque chose.

La chambre n’était pas terrible. On peut imaginer que la majorité des gens qui viennent ici ne restent que quelques heures avant de partir pour le sommet. En effet, l’ascension démarre en principe à 3h du matin pour assister au lever de soleil autour de 6h.

Il pleuvait à 3h du matin et nous étions éprouvés par notre trajet. Après Nuwara Eliya, nous avons voyagé entassé pendant plusieurs heures debout sur la plateforme avec une grande famille. Nous sommes donc partis vers 5h du matin. Maryne n’était pas très motivée et autant dire que le cadre n’a pas aidé.

L’ascension n’est pas belle. Le panorama apparaît dans le dernier tier de la montée. Il s’agit de marches assez hautes recouvertes d’une boue. Les bordures ressemblent à une décharge et sentent comme une décharge si ce n’est pas pire.

Il nous faudra 3h pour monter au sommet et prendre un peu plus de plaisir. La vue est jolie. Il y a une étonnante ferveur que nous n’avions pas encore rencontrées et que nous retrouverons au temple de la dent de Kandy. Nous parvenons à l’empreinte du pied de bouddha sur le sommet de cette montagne. Les gens prient et chantent. D’autres attachent des guirlandes de jasmin.

La descente se fait rapidement avec nos bâtons et nous permet de voir quelques oiseaux.

Yellow-eared Bulbul
Oriental white-eyes

Nous nous arrêtons au stupa offert par le japon pour quelques photos et parce que les odeurs sont moins présentes.

 

Nous filons prendre le bus pour repartir. Erreur de bus, il roule à 10km/h et fait de grands détours. Après 2h de bus pour aller à Hatton, nous loupons le train à 5 min près qui pour une fois était à l’heure 🙁 Le suivant est 2h plus tard (+45 minutes de retard).

Tandis que le train descend progressivement de la montagne, l’air se réchauffe. Au début, ce sont des théiers, puis de la jungle, jusqu’à arriver sur de la plaine. Les paysages sont très beau. La suite du voyage sera moins intense.

Attention, le train ne va pas jusqu’à Kandy. Il faut descendre et reprendre un bus sur rail (littéralement) pour aller jusqu’à la gare de Kandy.

Nous arrivons à Kandy bien tard. Heureusement le logement que nous avons réservé est au calme dans une grande maison à l’Est du lac. Un kottu et au lit après cette trop longue journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *