Train de nuit et Colombo

J17, 18 : 6 et 7 mars 2017

Le train de nuit pour Colombo, c’est l’aventure. Les cabines de première classe contiennent deux banquettes avec un toilette partagé avec une autre cabine. Nos voisins sont un groupe de jeunes sri lankais qui vont chanter une partie du trajet. Dans la vétuste cabine se trouve un lavabo, un ventilateur et d’autres équipements auquel nous ne nous attendions pas.

Nous sympathisons avec le contrôleur/gardien de notre wagon. Il ne parle pas anglais. Nous lui montrons notre voyage en photo et il nous apprend des mots en cingalais. Il nous explique que le fruit que nous avons acheté en pensant qu’il s’agirait d’un jack fruit est un durian. Pas très comestible cru…

Le train s’arrête en pleine voie. Quelqu’un a tiré le signal d’alarme.

Plus loin, nous embarquons une cargaison de curd, yaourt au lait de buffles. Durant trente minutes, les pots sont chargés deux par deux. Notre contrôleur dira : It is Sri Lanka.

Plus loin, ralentissement, on entend des éléphants barrir à deux reprises. Je passe mon temps à ouvrir la fenêtre pour respirer de l’air tandis que Maryne la referme à chaque arrêt.

Nous finissons par nous endormir malgré la chaleur et le bruit.

Arrivée 4h du matin à Colombo, le contrôleur tape à la porte. J’allume la lumière, une blatte grosse comme mon pouce s’enfuit.

Nous finissons la nuit sur le quai de gare comme d’autres voyageurs.

Colombo, en fin de parcours après le night train, c’est pas doux et facile comme la plage dUppuveli.

Les toilettes de la gare de Colombo nous enfoncent un peu plus. Nous laissons nos valises aux consignes de la gare avant de nous diriger vers le quartier du fort pour reprendre quelques étages de Maslow (bouf, chiotte, WiFi). Le petit déjeuner sera… un Rice and curry du matin au YMCA.

C’est la bouche en feu que nous partons nous balader dans la capitale du Sri Lanka. Nous nous attendions à ce que le quartier du fort ressemble un peu à celui de Galle. Pas vraiment, nous verrons de vieux bâtiments sympa mais pas fou. Nous avons apprécié l’ancien hôpital transformé en zone commerciale à touristes. Ça nous a fait penser à Santa Barbara en Californie…

Nous avons continué vers le sud en longeant la côte. L’avenue est bouchée, ça klaxonne, ça pue. Des pélicans sont posés sur les lampadaires lorsqu’ils ne pataugent pas dans des étangs pollués. Le parc le long de la mer est une grande pelouse sans arbre. Quelques bicoques se trouvent sur la promenade. En fond on voit des chantiers de construction à l’asiatique.

En repartant vers le lac, au nord nous tombons sur un quartier populaire proche de ce que nous avons déjà rencontré. Les bouibouis avec les chips à gauche, les balais au milieu et le régime de banane à droite. La crinière de la boutique.

Nous continuons dans un autre quartier pour du shopping. Il fait de plus en plus chaud, la circulation semble infernale. Un de nos défis du jour consiste à trouver un kit PMT à bon prix, cette quête nous vaudra quelques situation cocasses avec les habitants toujours sympathiques et prêts à nous aider.

A l’Est de la gare, nous trouvons une zone « agréable/polluée » appelée floating market pour boire un verre.

A l’ouest de la gare se trouve un grand marché au vêtement ou nous ne ferons pas d’affaires. Certains vendeurs sont très désagréables. Je pense qu’il faut tout négocier à 1/3 ou1/2 le prix. Petit exemple, nous avons vu des chapeaux au prix de 250rs à Trincomalee (non négocié). Ces même chapeau était à 500rs non négociable dans ce marché de Colombo !

En fin d’après-midi, nous sommes content de quitter la ville par le bus 187 qui va à l’aéroport. Derniers coups de volant et derniers coups de klaxon !

Nos derniers roupies seront échangés à bon taux à l’aéroport.

Après 3 contrôles de sécurité, nous embarquerons avec une bouteille d’eau d’1.5L 🙂

Direction les Maldives pour quelques jours :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *