Randonnée entre Thorsmork et Skogafoss

La nuit fut courte car la randonnée de notre dernier jour en Islande compte 30 km.

Il s’agit de rejoindre Skogar en passant entre les 2 volcans (et glaciers). Ça monte au début puis ça descend longuement. C’est annoncé pour 10h de randonnée et je pense que ça les vaut même si nous mettrons 2h de moins. Si les conditions sont mauvaises et/ou s’il est tombé de la neige fraiche, vous pouvez vraiment lutter pour retrouver votre chemin sur les glaciers. Dans notre cas, nous ferons le tour de Magni car nous perdrons le sentier dans le nuage bas.

De Volcano Hut jusqu’à Basar, c’est assez simple et plat. Nous ne rencontrons pas grand monde à 7h du matin sauf un allemand un peu ivre qui a fait le chemin inverse durant la nuit et qui nous met en garde contre le brouillard.

Nous grimpons, la vallée est magnifique. Le sentier a flan offre des panoramas splendides sur Thorsmork et les vallées à proximité.

Après avoir passé un grand plateau composé de pierre volcanique, nous attaquons une pente raide et neigeuse qui nous installe bien dans un nuage de pluie. La suite est un monde entre la glace et la terre volcanique. Du blanc et du noir. C’est assez étonnant. La météo mauvaise complète cet univers angoissant. Nous marchons dans la neige, ça ne monte plus. Nous sommes entre les 2 volcans. Que se passerait il si l’un des 2 grondait. Que ferions-nous. Nous sommes trempés.

  

La gardienne du refuge nous offre une table pour nous réchauffer, manger un morceau, nettoyer l’objectif du reflex. Il est 12h, ça fait 5h que nous marchons. Le refuge contient 4 pièces, une micro loge à l’entrée, un vestibule pour retirer les chaussures et laisser le matériel, une salle de repas avec la cuisine et un dortoir au-dessus (j’imagine). Le lieu me fait penser à un studio d’étudiant. Nous nous laissons tomber sur les chaises ravi de pouvoir grignoter notre pique-nique au sec. A ce moment, ce refuge m’apparait vraiment comme l’ilot au milieu de l’univers apocalyptique/lunaire/volcanique/glacé/nuageux/gelé que nous avons traversé les heures précédentes. Sans perdre le moindre espoir d’atteindre de nouveau la civilisation, je crois que ces heures de marche entourées de monticules volcaniques noirs au milieu de la glace nous a transporté bien loin de nos repères.

Néanmoins, il faut repartir, l’humidité rejoint l’humidité lorsque la porte du refuge se ferme. Le chemin à suivre est plus simple, c’est un chemin 4WD (assez sérieux). Nous continuons la descente dans la brume. Des monticules de pierre nous entoure et font des formes étranges dans le lointain. Nous longerons un cours d’eau parsemé de cascades (que nous verrons peu mais entendrons). Les premières sont entourées de neige.

Le chemin quitte la piste, passe sur un pont qui enjambe un rapide sérieux entouré de neige. Il manque la rambarde de droite.

La descente est longue (sous la pluie). Nous croisons de grands groupes de randonneurs encore un peu sec et même quelques nordiques en tenu étonnante. J’en déduis qu’il fait beau, sec et chaud dans quelques centaines de mètre. Il pleuvra jusqu’à la cascade de Skogafoss…

Le plus rapide à la descente a réussi à sauter dans un bus pour rejoindre Seljalandsfoss ou nous avons laissé le véhicule la veille. Lorsqu’il revient avec la voiture, nous sommes tous très heureux d’avoir fait cette randonnée dans des conditions bien islandaises. Nous prenons la route de l’aéroport avec pour espoir un arrêt au fameux blue lagoon. Mais pas de bol, c’est complet (réservation conseillée).

Islande, nous reviendrons !

F35 vers le centre de l’Islande

J12 : F35 vers le centre de l’Islande

Nous quittons les fjords vert fluo du nord pour le centre Islandais. Il est assez facile de circuler le long des côtes islandaises via la route 1. Le centre est plus difficile d’accès. La météo y est capricieuse. Peu de personne y vivent. Je me suis toujours imaginé que le centre de l’Islande serait un tas de neige avec des grondements terrestres et une tempête.

Lorsque nous avons pris la fameuse piste F35 sous un grand soleil, nous étions impatient de voir ce que cette zone avait d’étonnant. Je pense qu’il faut compter 2 jours pour faire la traversée avec un 4×4 (en s’arrêtant). Si la météo est bonne, je pense qu’il peut être incroyable d’y rester plus longtemps. Vous allez comprendre dans les 2 articles suivants.

Il se passe quelques minutes et quelques lacets avant que nous passions des fjords à un paysage complètement lunaire. La végétation est modeste. Les étendues sont époustouflantes. Nous n’arrivons pas à faire la mise au point avec nos yeux et nos appareils photo sur les gigantesques glaciers qui bordent les horizons. Nous sommes au milieu d’un désert.

Tandis que les 4 passagers sont collés au paysage, le conducteur de notre fly destroyeur fait son possible pour sortir la jeep de sa zone de confort sur les pistes en terre. Chaque véhicule se transforme en torche à poussière dans ce paysage horizontal sur lequel rien ne semble avoir bougé depuis des années.

Lorsque nous arrivons à Hveravellir, le véhicule est rempli de poussière. Il y en a un peu plus sur le passager arrière droit car les joints de la porte sont morts. Ici c’est une curiosité, un refuge de montagne mais sans les montagnes. Il est possible d’y dormir et d’y manger. Les bus qui parcourent la F35 s’y arrêtent.

En face des baraquements se trouvent un site étrange, un concentré d’originalités liées au volcanisme de la zone. C’est aménagé. Il y a même un bassin dans lequel on peut se baigner. Il est alimenté par un ruisseau d’eau très fraiche et de l’autre côté un tuyau avec de l’eau en ébullition provenant des entrailles de la terre. Nous en profiterons au retour 🙂

Nous avons décidé de marcher jusqu’à un volcan situé à quelques kilomètres pour apprécier encore plus ces espaces.

Le paysage est très volcanique. Il reste un peu de neige. Le soleil se cache. Nous déjeunons dans le cratère puis en faisons le tour.

     

Le soleil et le bain chaud nous attentent. Nous allons laisser nos peaux flétrir quelques heures.

Notre hébergement pour le soir se situe à Kerlingarfjöll. Il s’agit à nouveau d’un gite rustique à la sortie de 2 vallées colorées. L’accès n’est pas facile mais le site est superbe. Au fond de la vallée de gauche se trouve une source chaude 😉

Introduction à mon séjour en Islande

Bienvenue à tous,

Après un récent voyage en Californie, je pars en famille pour un séjour de 2 semaines en Islande. Ce séjour début le 11 juin et se termine le 27 juin 2016.

Nos principales motivations pour partir en Islande sont :

  • Les randonnées dépaysantes/étonnantes
  • Les glaciers, les volcans, les icebergs…

En partant en juin, nous espérons une météo clémente. Les journées devraient être interminables puisque le soleil devrait se lever vers 3h du matin pour se coucher vers 00h comme nous le révèle le site http://www.sunrise-and-sunset.com/fr/sun/islande/reykjavik.

Le séjour devrait se découper en 2 parties :

  • Une première semaine avec des excursions et activités à la journée
  • Une seconde semaine avec le très célèbre trek du Laugavegur

Comme d’habitude, je tacherai de publier des photos et des vidéos au cours du voyage puis j’étofferai au retour avec quelques histoires 😉

Bonne lecture