Kaldidalur, en route pour le Sud

J3 : Kaldidalur, en route pour le Sud

Il fait déjà/toujours jour.

Je ne suis pas sûr que la nuit noire soit apparue cette nuit.

Nous dévalisons le petit déjeuner : Cracotte vasa, fromage sans gout, jambon, nous ne sommes pas motivés pour les rollmops. Il fait très beau et un 13-14°C. On va grimper 🙂

On nous a déconseillé l’ascension sans guide du Snæfellsjökull pour différentes raisons. En plan B sur les conseils d’un gars du coin, nous partons faire une randonnée sur un massif doré. Le départ est très mal indiqué au début d’une route de terre (F54) en partant vers l’Est.

Nous rencontrons et grimpons avec un islandais sympathique qui nous aide à repérer le sentier qui disparait de temps à autre. L’ascension, raide mais sans escalade, est agréable sous le soleil. Au sommet, nous avons une belle vue (dégagée) sur la presqu’ile de Stykkishólmur, les sommets du centre de la péninsule et sur les paysages plus à l’Est. En contrebas, un immense champ de lave.

Nous continuons en 4×4 sur la piste/route F54. Cette route qui longe des fjords est vraiment magnifique. Il y a plusieurs arrêts avec des points de vue. Un 4×4 ayant fait une sortie de route est garé sur la portière dans un champ côté mer (Il aurait fait quelques tonneaux). Un peu plus loin nous voyons des dizaines de micro iles (Brokey) et une eau bleue. L’Islande sous le soleil n’a pas fini de nous émerveiller.

Par la suite nous passerons par la vallée de Reykhold et ferons un arrêt aux installations géothermiques de Deildartunguhver où des tomates sont produites. Puis une courte ballade aux chutes de Hraunfossar. Le site est très beau avec le soleil à l’Ouest. Je regrette mon trépied oublié à Paris.

En quittant le parking à la gauche, nous partons pour la fameuse piste de Kaldidalur (F550) en direction de Thingvellir. La Gopro est sur le toit. Nous allons nous éloigner de la civilisation et nous rapprocher des montagnes.

Le soleil nous accompagne et rend les décors somptueux. La route grimpe un col puis descend dans un paysage très minéral entouré de montagne partiellement couverte de neige.

La piste est simple mais je ne la ferai pas avec un véhicule traditionnel. L’arrivée dans la vallée de Thingvellir est très agréable. Le retour sur une piste asphalté fait du bien (surtout aux passagers). Nous remarquons que la poussière rentre dans la voiture par la porte arrière droite…

Le site de Thingvellir est très chouette. Il y a surement moins de visiteur en début ou fin de journée. Les installations touristiques sont importantes. Nous continuons en speed vers Selfoss car la limite de check’in de notre hébergement est à 22h.

Le contour du lac est très beau. Les paysages sont très différents de ceux que nous avons vu dans la péninsule de Snaefellsness.

On mange notre premier hotdog dans une station service en regardant un des matchs de la coupe d’Europe avec des islandais 🙂

La boucle de la péninsule de Snæfellsnes

J2 : La boucle de la péninsule de Snæfellsnes

Réveil en fanfare, nous avons une opportunité pour aller voir les baleines depuis Oslavik (Nord-ouest de la péninsule de Snæfellsnes). Le petit déjeuner est solide/islandais. Fallait pas démarrer avec des rollmops au risque de les revoir passer un peu plus tard.

Le trajet jusqu’à Oslavik est absolument superbe.

La “croisière” doit durer 3h. Juste avant de partir le capitaine du bateau déclare :

Il y a de la houle, c’est vraiment limite pour partir

Au moment du départ, la guide annonce :

Si vous restez sur le pont avant, vous serez intégralement trempé dans 2 min

Heureusement que nous avions des combinaisons (genre équipement de ski étanche et chaude) car c’était prémonitoire :). Les creux, la pluie et le vent (et la nausée) rendent la localisation des baleines difficile. Au bout de 45 min et quelques macareux, un groupe de 10 dauphins joue avec le bateau pendant une dizaine de minute.

45 min plus tard, un premier groupe d’orque nous montre leurs ailerons puis un second. Enfin sur le retour, un dernier groupe nous accompagnera quelques minutes à hauteur du bateau. Arrivée au port avec au mieux une bonne nausée, la ballade aura duré plus de 3h30.

Après une bonne heure de récupération, nous repartons vers l’Ouest en longeant la cote puis vers le Sud. Il y a de nombreux points d’intérêt :

  • Plage de sable clair entouré de roche volcanique noire
  • Phare orange entourée de haute falaise habitée par de nombreux oiseaux (Svörtuloft Lighthouse)

  • Rando sur un petit volcan
  • Immense champs de lave
  • Vue sur le Snæfellsjökull
  • Plage de Vatnshellir Cave (avec ses débris de bateau échoué)
  • La ville d’Arnarstapi

  • Falaise d’Arnarstapi

Nous arriverons à Ytri Tunga vers 23h ou nous verrons nos premiers phoques 🙂

Cette longue journée se terminera avec un coucher de soleil de minuit plein Nord sur Stykkishólmur après un repas local au très classe Hotel Búdir.

Fabuleux !

De Paris à la péninsule de Snæfellsnes

J1 : Départ depuis Paris pour la péninsule de Snæfellsnes en passant par la cascade de Glymur

Après des retrouvailles à l’aéroport de CDG, la vérification que tout le monde à bien emmené sa carte d’identité, nous partons pour l’Islande. Le voyage de 2 semaines a été planifié 6 mois plus tôt. Ça s’annonce un beau voyage familial 🙂

Atterri à l’aéroport de Keflavik, nous attendons 1h la navette qui doit nous conduire à notre 4WD loué chez IceRental4wd. Le contact avec le loueur se passe bien. Le véhicule a certainement fait plusieurs fois le tour de l’Islande mais on l’adopte. Il s’appellera bientôt fly destroyer mais je l’expliquerai plus tard. Le coffre est blindé de sac, les 5 places sont occupées.

En route pour Stykkishólmur sur la péninsule de Snæfellsnes (Ouest) ou nous logeons les 2 premières nuits.

Après avoir fait quelques courses, nous nous arrêtons pour faire la randonnée de la cascade de Glymur. La montée démarre avec la traversée du cours d’eau sur une poutre. C’est assez fun et pas difficile.

Le cadre est super joli malgré un temps couvert et de nombreux randonneurs. La cascade est encaissée entre 2 falaises abruptes. Les points de vue  sur la cascade sont nombreux sur le côté droit en montant. De nombreux oiseaux nichent  sur les flancs de la falaise.

En haut de la cascade, nous décidons de traverser la rivière pied nu (pour s’entrainer :)). La descente de l’autre côté de la cascade offre un beau point de vue sur le fjord.

Nous prenons notre première bière au musée de la colonisation de Borgarnes. Le lieu est sympa. A mesure que nous continuons la route, les paysages changent. Nous longeons la cote sud de la péninsule entre la montagne à droite et la mer à gauche.

Nous avons prévu de découvrir la péninsule le lendemain donc nous la traverserons pour aller directement à Stykkishólmur.

Au bord de la route nous découvrons nos premiers paysages volcaniques avec cet immense champ de lave et ce que nous avons considéré être des cratères ou des volcans. Nous arrivons vers 20h à Holmur In. Avec le décalage horaire, nous commençons a être fatigué. Nous sommes en juin, la nuit ne se couchera pas.

Introduction à mon séjour en Islande

Bienvenue à tous,

Après un récent voyage en Californie, je pars en famille pour un séjour de 2 semaines en Islande. Ce séjour début le 11 juin et se termine le 27 juin 2016.

Nos principales motivations pour partir en Islande sont :

  • Les randonnées dépaysantes/étonnantes
  • Les glaciers, les volcans, les icebergs…

En partant en juin, nous espérons une météo clémente. Les journées devraient être interminables puisque le soleil devrait se lever vers 3h du matin pour se coucher vers 00h comme nous le révèle le site http://www.sunrise-and-sunset.com/fr/sun/islande/reykjavik.

Le séjour devrait se découper en 2 parties :

  • Une première semaine avec des excursions et activités à la journée
  • Une seconde semaine avec le très célèbre trek du Laugavegur

Comme d’habitude, je tacherai de publier des photos et des vidéos au cours du voyage puis j’étofferai au retour avec quelques histoires 😉

Bonne lecture