Canyon de palca

J19 : 22/9/2017

Nous plions le camp après un dernier petit déjeuner en équipe. Les véhicules s’embourbent sur les fines pelouses marécageuses du camp de base.

Nous ne prenons pas la piste de l’aller et passons par Pinaya, 500m de dénivelé en dessous du camp de base. C’est le village le plus proche pour démarrer l’ascension de l’Illimani.

IMG_3762

La suite de la route nous fait descendre une vallée fertile avec de nombreux arbres fruitiers et des habitations puis à l’opposé, un versant aride d’agaves et de cactus.

IMG_3765

Au loin apparaissent des pinacles de ton ocre. Il s’agit du canyon de Palca.

IMG_3768_stitch

L’entrée du Sud du canyon passe entre 2 immenses cathédrales naturelles. La piste remonte le canyon par le fond permettant d’apprécier les abruptes falaises de gré.

IMG_3777

Les couleurs varient de fonction de la lumière, de la hauteur et de la profondeur. Ainsi, au Sud, on trouve du rouge, en hauteur du jaune et au fond du gris. Nous profitons de ce site grandiose pour déjeuner. C’est aussi le moment de remercier Eugenia, notre cuisinière pendant les expéditions, Marcello et Hilarion, nos guides d’andinisme qui nous ont monté sur les hauteurs de la Bolivie.

DJI_0182

IMG_3776

Comme pour chaque retour à La Paz, une partie du centre ville est bloquée. Cette fois, ce n’est pas une grève mais une alerte pollution qui limite l’accès à des véhicules avec certaines immatriculations. Nous changeons de voiture et remercions Ariel et Alexandra de l’agence locale Colibri.

IMG_3783

Dans la foulée, hôtel, douche #pasduluxe, mercado Lanza, souvenirs en alpaga-lama, vins boliviens à la calle Otero de la Vega et restaurant La Comédie.

Edwin nous retrouve dans la nuit pour aller à l’aéroport. C’est un triste au revoir après 3 semaines d’aventure à ces cotés dans son pays qu’il connaît si bien. Les lumières de La Paz s’atténuent tandis que nous montons vers El Alto et son aéroport. Dernière inspiration à 4000m d’altitude avant de rentrer dans l’avion. Les portes se ferment. Avant même le décollage, nous redescendons car la pression d’air de l’avion est configurée pour simuler une altitude de 2000 mètres. Nous partons avec nos globules boliviens et beaucoup plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *