Carte postale – Backpackeuse/backpacker

L’Australie, c’est plein de descendant d’australien colon et d’australien aborigène. Il y à aussi les backpackers. Ces derniers viennent de partout dans le monde pour voyager en profitant du cash facile. En effet, le moindre taff est rémunéré 1000 dollars la semaine ce qui peut permettre de s’enrichir rapidement ou de voyager sereinement. Le backpacker est ce qui se rapproche plus du nomadisme moderne. Un van ou un break à plusieurs et en avant l’aventure.

BreakHomeIMG_0865

Uluru “Ca paraissait plus petit en photo”

Jour 5 à Uluru, Uluru

Lieu : Uluru/Ayers Rock

Date : vendredi 7 septembre 2012

[Je sais, mon effet mini Uluru est nul à ch*er]

Transcription enrichie et adaptée :

Voici Uluru , le petit, et le gros ! [Effet loupé ^^]

Ce matin après une nuit fraiche à Alice Springs dans un backpacker, j’ai rejoint un groupe pour un tour direction le Red Center sur 3 jours. Ça commence par 6h de bus avant de poser une partie du matériel dans le seul camping proche du site d’Uluru.

De jeunes emeus

Le faux Uluru avec un incendie

Nous sommes ensuite allés visiter le musée d’Uluru qui explique plein de truc sur la culture aborigènes et la vie dans le bush. [On trouve aussi de l’art aborigène comme de la peinture vu du ciel].

Aide à l’interprétation des peintures aborigènes vue du ciel ou vue d’oiseau

Et nous voici devant Uluru. C’est assez costaux, la grimpette semble raide. De toute façon, [par respect pour la culture aborigène et aussi parce que ça sert à rien de grimper sur l’objet qu’on veut photographier], je me contenterai de faire le tour. La ballade semble sympa.

Source Meggie

Faire le plein de flotte avant de faire le tour. [Note : 0 mouche pour faire le tour à cette période !] Demain Kata Tjuta, un “caillou” un peu plus loin. [qui s’annonce assez énigmatique aussi]

Uluru ou Ayers Rock

En complément, après la randonnée, nous sommes allés à un point de vue pour regarder le coucher de soleil sur Uluru tout en prenant un apéro “champagne” australien. Ce moment n’a absolument rien de romantique. Des bus de touriste en tout genre sont déversés dans la zone. Les crépitements d’appareil photo et les caméramans tuent le truc. En gros, si vous vous attendez à vous assoir sur une dune avec votre moitié en silence et seul pour admirer le spectacle, vous serez déçus.

En complément 2, nous sommes rentrés au camping (il faisait très très frais, polaire bienvenue) et nous avons passé la nuit en swag. Un/une swag est une sorte de tente une/deux personne qui intègre protection pluie, matelas et sac de couchage. Il est possible de laisser sa tête à l’extérieur et de se gaver du sublime ciel étoilé ! Un petit conseil pour bien en profiter : éloignez vous autant que possible de toute source de lumière.

Rencontres du jour :

Waaahh plein de gens :

– Shirley et Dazzed, canadiens de Toronto qui se sont installés pour un an à Melbourne. Ils en profitent pour voyager en Australie.

– Un couple de breton, lui travaille à Sydney dans un resto ou un bar et elle l’a rejoint pour quelques semaines.

– Une infirmière australienne quittant Darwin pour Brisbane et qui en profite pour faire le Red Center

– Une jeune japonaise d’Osaka ayant déjà vécu en Australie pendant ses études qui est revenue exprès pour faire le Red Center.

Étape suivante : Uluru, Kata Tjuta